Accueil
Mon panier
panier vide
M'abonner
En kiosque
Habitat Naturel n°71
Actualités
CONVIVIUM par Innov’Habitat
Espace Ressources
Les 7 piliers de l'écoconstruction
Petites Annonces
A vendre Maison
Coglès (35)
290000 €

En plus des, trois exigences de résultats (Bbiomax – Cepmax – TIC), la réglementation fixe des exigences de moyens.

1/ L’étanchéité à l’air

Garante de la bonne qualité de mise en œuvre de l’enveloppe, elle permet une réelle maîtrise des déperditions. Sur la base des exigences de l’actuel label BBC, la RT 2012 fixe le plafond de perméabilité à l’air à 0,6 m3/ h.m2 sous une pression de 4 Pascals pour les maisons individuelles et à 1 m3/ h.m2 pour les logements collectifs. La surface à prendre en compte est celle de l’enveloppe hors plancher bas et en faisant le total des surfaces de murs extérieurs y compris des baies et des surfaces de toitures.

Le respect de cette valeur doit être justifiée. Elle peut l’être selon deux approches :

  • soit par une mesure sur site avec le test de la porte soufflante ou « Blower Door Test », réalisée par un opérateur indépendant et agréé par le ministère en charge de la construction ;
  • soit selon une démarche qualité, validée par un organisme agréé et attestant d’un niveau d’étanchéité établi en fonction du procédé constructif. Ce protocole est clairement défini dans la réglementation thermique.
En savoir plus

Test de la porte soufflante ou Blower-door test. Crédit : Les Arch. : F. Lausecker.

2/ Le traitement des ponts thermiques

Les ponts thermiques sont des déperditions particulières que l’on trouve à la jonction de deux parois.

Le traitement des ponts thermiques est imposé.

En savoir plus

L’efficacité de ce traitement est mesurée notamment par le ratio de transmission linéique global des ponts thermiques du bâtiment qui ne doit pas excéder la valeur de 0,28 W /m2.K et par le coefficient de transmission thermique linéique moyen des liaisons entre les planchers intermédiaires et les murs extérieurs 9 ≤ 0,6 W/ml.K..

3/ Les surfaces de baies

Pour favoriser l’éclairage naturel, une surface minimale de baie, (la surface à considérer étant celle à l’intérieur du tableau de la baie) est imposée au logement collectif ou individuel. Elle doit correspondre à au moins 1/6 de la surface habitable.

4/ Les énergies renouvelables dans l’habitat individuel

Cette exigence de moyen est propre aux maisons individuelles ou accolées. Elle ne s’impose pas aux autres constructions.

La contribution des énergies renouvelables au bilan énergétique global doit être égale ou supérieure à 5 kWhep/m2.an.

En savoir plus

Cette obligation de recours aux énergies renouvelables peut être satisfaite de différentes manières :

  • production d’Eau Chaude Sanitaire solaire – ECS solaire – avec a minima 2 m2 de panneaux solaires thermiques ;
  • production, combinée (Système solaire Combiné – SSC) ou non à celle de l’eau chaude sanitaire, d’une partie du chauffage avec l’énergie solaire ;
  • production d’ECS par système thermodynamique (technique de la Pompe A Chaleur - PAC) ;
    il s’agit du chauffe-eau thermodynamique – CET ;
  • raccordement à un réseau de chaleur dont au moins 50 % de l’énergie qu’il fournit est produite par une source d’énergie renouvelable ou de récupération;
  • production de chaleur ou d’ECS par chaudière électrogène ou à micro cogénération (production simultanée de chaleur et d’électricité) à combustible liquide ou gazeux présentant un rendement supérieur à 90 %.

5/ Les protections solaires

Pour éviter la surchauffe estivale, la RT2012 impose la mise en place de protections solaires mobiles : stores extérieurs, persiennes, volets coulissants,… Ces protections doivent assurer un facteur solaire défini selon les zones climatique, l’implantation verticale, horizontale des baies, leur orientation.

6/ Mesure et affichage des consommations d’énergie

Afin de responsabiliser les occupants et de les informer sur l’efficacité énergétique de leur logement ou maison d’habitation, obligation leur est faite de l’équiper d’un système permettant de mesurer ou d’estimer la consommation d’énergie (exception faite en maison individuelle dotée d’un système individuel de chauffage au bois).

La consommation réelle ne correspondra pas forcément à la Cep calculée

La consommation d’énergie primaire – Cep correspond à une consommation d’énergie conventionnelle, calculée avec certaines hypothèses fixées, notamment de température intérieure, de présence des occupants, d’historique de données météorologiques.

La consommation réelle constatée à l’usage du bâtiment pourra ainsi différer de la Cep calculée conventionnellement du fait des paramètres réels d’occupation, des conditions réelles climatiques.

Il faut de plus rappeler

  • que ce calcul conventionnel ne prend pas en compte les consommations des équipements de la maison tels que l’électroménager, les équipements dits bruns, etc. ;
  • que la consommation électrique indiquée au compteur est de l’énergie finale et non primaire.
Accéder à l'espace Réglementations, démarches, labels
A DECOUVRIR
RT existant
Le bâtiment Passif