Accueil
Mon panier
panier vide
M'abonner
En kiosque
Habitat Naturel n°76
Actualités
Qualiventil est né
Espace Ressources
Les 10 piliers du bioclimatisme
Petites Annonces
A vendre Maison
jouy le moutier (95)
695000 €

Un air sain dans des murs sains

Photos : Paul-André Coumes

Bâtie sur une forte pente exposée plein sud, cette maison présente une architecture adaptée au relief et une construction bioclimatique au service de l’inertie thermique et de la qualité de l’air intérieur.

Les propriétaires avaient des idées bien précises sur l'architecture, explique Stéphane Weber le maître d'œuvre. Nous l'avons adaptée au terrain en forte pente et au concept bioclimatique en y ajoutant notre «marque de fabrique»: le mixage du béton cellulaire et de l'ossature bois qui garantit inertie et respect de la qualité de l’air." La façade bois a permis de pratiquer de grandes ouvertures pour optimiser l'apport de chaleur solaire. Construite sur un sol particulièrement dur, cette maison comporte un étage séparé du rez-de-chaussée par un niveau intermédiaire qui a permis de limiter les frais de terrassement. Occupé par une mezzanine, il crée une perspective différente qui plaît beaucoup au jeune couple propriétaire des lieux.

La surchauffe sur l’angle ouest est limitée grâce à un important débord du toit terrasse, en surplomb de la cuisine. 

LE RETOUR DU BÉTON CELLULAIRE

Ce matériau déjà ancien est apparu en Allemagne dans les années 1950. En France, certaines maisons datant des années 70 sont construites en béton cellulaire. Abandonné par la suite, il connaît un regain d'intérêt depuis les années 2000. Selon Stephan Weber, « c'est le meilleur rapport qualité prix pour un niveau basse consommation du fait de ses qualités thermiques, sa faible énergie grise et son coût. En 36,5 cm d'épaisseur, il permet de se dispenser d'un isolant intérieur qui, de toute façon, couperait l'inertie du matériau. » Comme sa pose exige une mise en œuvre minutieuse à joints minces (2 mm), les entreprises sont formées chez le fabricant. Bien que les blocs soient plus légers, la pose ne va pas plus vite qu'en maçonnerie traditionnelle. À chaque rangée, il faut vérifier le niveau par laser. Si l'horizontalité n'est pas parfaite, un ponçage de rectification devient nécessaire. 

Le poêle à bois orientable et son mur de pierres sèches occupent un emplacement bien choisi au cœur de la maison. 

UN CHAUFFAGE QUI S'APPREND

De par la forte inertie des murs, la maison est longue à chauffer (les murs doivent d’abord emmagasiner la chaleur). Une maison livrée en plein hiver, avec des températures extérieures négatives, nécessite une à deux semaines pour monter en température. Ensuite, ce n'est que de l'entretien. Les propriétaires ont appris avec l'expérience à gérer plus finement la température de leur maison. « Au début, tous surconsomment, explique le maître d’œuvre. La régulation adéquate s'effectue au cours de la deuxième année grâce aux stores commandés par domotique. Il suffit qu'il y ait un peu de soleil pour que la maison chauffe très vite ! » La surchauffe sur l'angle ouest est limitée grâce à un important débord du toit terrasse, en surplomb de la cuisine. Afin de compléter les apports passifs, un poêle à bois de 6 kW a été installé devant un mur paré de pierres sèches qui contribuent, grâce à leur masse, au confort de la pièce. Une faible énergie grise a été recherchée dans les matériaux de construction autant que dans l'isolation. La façade sud en ossature bois de 30 cm d’épaisseur est donc isolée par 25 cm de laine de bois, tout comme les plafonds, recouverts par 35 cm de ouate de cellulose soufflée.

La salle à manger et la cuisine, exposées plein sud, bénéficient des larges ouvertures de la façade. 

UN AIR SAIN

La qualité de l'air est assurée par une VMC double flux à haut rendement, couplée à un réseau en PEHD. Ces gaines semi rigides peuvent passer n'importe où sans former de coudes. Le réseau ne subit donc pas de pertes de rendement. Il se nettoie avec un simple furet. Cet équipement est largement justifié dans ce type de construction qui vise une excellente étanchéité à l'air. Stephan Weber partage d'ailleurs l'inquiétude de l'Ademe qui, en 2012, lançait une alerte sur le fait que 60 % des logements présentaient une qualité d'air insuffisante. « La VMC a mauvaise presse en France à cause des gaines souples qui sont effectivementdesnidsàpoussièrestrèsdifficiles à nettoyer. Le PEHD est un matériau de qualité alimentaire exempt de migration de molécules contrairement au PVC qui compose les gaines classiques et qui se modifie au contact de l'air et de la chaleur. » La VMC double flux nécessite un entretien régulier, mais espacé. Les filtres se changent une fois par an et les gaines se nettoient tous les deux ans. Chaque pièce est équipée d'une gaine en PEHD. « Le principe est d'insuffler de l'air neuf dans toutes les pièces de vie et d'extraire l'air des pièces humides (salles de bain, cuisine). L'air vicié et l’air neuf ne se mélangent pas, mais se croisent dans un échangeur thermique, pour récupérer la chaleur. » 
Outre l'aération, le choix des matériaux en contact avec l'intérieur détermine également la qualité de l'air ambiant. Toutes les peintures, exemptes de composés organiques volatils, sont lavables, saines et préservent la perspirance du béton cellulaire.

Le mixage du béton cellulaire et de l’ossature bois garantit inertie et respect de la qualité de l’air. 

UN CONFORT APPRÉCIÉ, DES FACTURES ALLÉGÉES

Une cuve de 5000 litres reliée à une pompe immergée alimente en eau de pluie filtrée les toilettes et la machine à laver. Les panneaux solaires couvrent les trois quarts des besoins en eau chaude. Les propriétaires sont satis- faits de leur choix et ont découvert un nouveau confort intérieur: « Même quand le thermomètre affiche 19 °C, la sensation de chaleur est suffisante. Dans notre précédente habitation, il nous fallait 23°C pour ressentir ce bien-être! De plus, on peut s'absenter deux semaines sans que la température ne descende en dessous de 18 °C et ce, même en plein hiver! » 

 

LE PROJET

Coût : 320 000€

Surface : 168 m²

Maître d’œuvre : Bâti Concept Écologique

Maçonnerie, charpente, couverture, zinguerie : Bâti Comté

VMC double flux : Unelvent série Ideo 325 écowatt.

Béton cellulaire : Ytong-Siporex

Menuiseries en double vitrage bois et aluminium : Minco

Peinture : Elyopur mate A+ de Seigneurerie 

 

 

Accéder à la liste des dossiers
A DECOUVRIR
Le bois lamellé-croisé : CLT

 

De quel bois se chauffer ?